Ils nous font aimer le Prosecco

Samuele Ambrosi, un virtuose des cocktails

zoom
samuele ambrosi cockail prosecco
Commentaires fermés sur Samuele Ambrosi, un virtuose des cocktails

Samuele Ambrosi, un virtuose des cocktails

Bonjour Samuele, pouvez-vous nous dire quelques mots de votre métier ?

Je suis un passionné qui recherche tout ce qui peut s’associer et se mélanger dans un verre à cocktail. Mon objectif est de faire naître l’émotion chez mon client. Il doit découvrir la subtilité du mélange, sentir ma passion dans la conception du cocktail et mon profond désir de satisfaire son palais.

D’où vient votre passion pour la réalisation des cocktails ?

J’étais encore très jeune quand mon père m’autorisa à rester derrière le comptoir du restaurant familial. Je cherchais toujours à me rendre utile par exemple, en lavant les verres. Âgé de 13 ans, je dois avouer qu’il m’est arrivé quelques fois d’en casser plus que je n’en essuyais.
J’observais avec beaucoup de curiosité ce que faisait mon père et j’éprouvais une réelle attirance pour ce travail. Peu après, je me suis inscrit à l’école hôtelière et à 16 ans je suis parti travailler à Saint Moritz.
Je cherchais à trouver le bon équilibre pour tout ce que l’on peut mélanger, je désirais créer, modeler, coller aux attentes des clients, faire du « sur mesure ». Je voulais transmettre une part de moi même.

Vous utiliser souvent le Prosecco dans vos cocktails, pouvez-vous nous en parler ?

Je perçois le Prosecco comme un « sourire » qui met à l’aise et ravit les palais. La réputation qu’il acquière de part le monde est méritée. C’est un produit qui a toujours sa place dans la maison pour mille et une raisons. Facile à déguster, adapté à de multiples occasions. Il est jovial, d’une belle fraîcheur en bouche et d’un bon rapport qualité/prix, détail qui a son importance de nos jours. Enfin dans les mélanges, le Prosecco est un produit qui s’adapte avec comment dirais-je, imagination et bon sens. Il élèvera un produit simple comme un jus d’orange et s’associera avec justesse aux alcools plus sophistiqués comme ces liqueurs que l’on qualifie d’aristocratique en Italie.

(Copyright : Luigi Tadiotto)